Virevolter partout le bec ouvert

Publié le par non précisé

 


Le Chœur des Oiseaux
  Heureux le peuple ailé.

Nous n'avons les oiseaux l'hiver,

Manteaux pour nous emmitoufler

Et dans les jours caniculaires,

Sous l'œil brûlant de l'astre,

Nous ne sommes pas accablés.

Les prés en fleurs sont nos domaines

Et c'est au sein des Frondaisons

Que nous avons Retraite,

Temps divin ou l'insecte,

Dans la fournaise de midi,

Vrille et fait vibrer sa chanson.

L'hiver se passe au creux des antres

à folâtrer avec les Nymphes montagnardes.

Au printemps nous mangeons les baies,

Du Myrte Blanc des fiancées --

Et tout ce qui est récolté

Dans le Jardin des grâces!

    Ecrit par ARISTOPHANE à l'occasion d'une fête de comédies.
 

 

Publié dans CRETE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article